Rachid Hafassa : le père de Marwan Berreni dans Plus belle la vie condamné à de la prison pour violence aggravée

Rachid Hafassa a été jugé après avoir proféré des injures à caractère raciste puis frappé un chauffeur de bus, à Marseille. Celui qui incarnait le père de Marwan Berreni dans Plus belle la vie a été condamné à six mois de prison.

Le nom de famille Fedala, utilisé dans la série Plus belle la vie, est-il maudit ? La question se pose. Tout commence au mois d’août dernier, quand Marwan Berreni est soupçonné d’avoir renversé une femme avec sa voiture. L’acteur est recherché mais reste introuvable. Après des mois de questionnements et de doutes, le corps sans vie de l’acteur est retrouvé, pendu, à Corcelles-en-Beaujolais, en octobre 2023.

Depuis, le feuilleton a repris sur TF1, et la mort d’Abdel Fedala, le personnage qu’incarnait Marwan Berreni, va être évoqué. La disparition du personnage d’Abdel Fedala sera enfin évoquée dans Plus belle la vie dans une intrigue chorale diffusée au mois de juin, et dans laquelle les protagonistes seront exclusivement des personnages historiques (de la version France 3)”, avait expliqué le journaliste Clément Garin, donnant rendez-vous au mois de juin aux téléspectateurs. Depuis quelques jours, c’est Rachid Hafassa, qui incarnait Karim Fedala, le père d’Abdel, qui fait l’actualité.

A LIRE AUSSI :  Plus belle la vie : "Attendez de voir la fin…" Stéphane Hénon (Boher) en dit plus sur les prochains épisodes

Rachid Hafassa en état d’ébriété au moment des faits

Rachid Hafassa a été interpellé, jeudi 27 mars, après avoir frappé à coups de poing un chauffeur de bus dans le VIIème arrondissement de Marseille. La victime a été transportée à l’hôpital tandis que le comédien, en état d’ébriété au moment des faits, a été placé en garde à vue. Dès le 29 mars, Rachid Hafassa a été jugé en comparution immédiate.

Selon Le Parisien, qui cite le parquet de Marseille, l’acteur a été reconnu coupable “d’outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique commis en raison de la race, l’ethnie, la nation ou la religion, de violence aggravée par deux circonstances suivies d’incapacité n’excédant pas 8 jours et d’injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion”. Rachid Hafassa a écopé d’une peine de six mois de prison assortie d’un sursis probatoire de deux ans.

Leave a comment