Plus belle la vie, encore plus belle en avance du 18 juin 2024 : la police identifie le criminel (Résumé de l’épisode 116)

Plus belle la vie, encore plus belle en avance du mardi
18 juin 2024. Dans l’épisode 116 de PBLV qui sera diffusé mardi à
13.40 sur TF1, Eric fait une intervention à sa manière au pavillon
des Fleurs. De leur côté, les policiers font une découverte
cruciale.

Plus belle la vie en avance du 18 juin 2024 News Actual
© Capture Newsactual/
TF1


Le résumé de « Plus belle la vie, encore plus belle » du lundi 17
juin 2024 de News Actual
est également en ligne.


Les spoilers de PBLV jusqu’au 5 juillet 2024 sont aussi
disponibles
. Bonne lecture.

Plus belle la vie : résumé de
l’épisode du 18 juin 2024

Une future recrue au
cabinet médical

Au Pavillon des fleurs, Éric anime un cours de self-défense et
Jennifer se porte volontaire pour la démonstration. De retour au
cabinet médical, elle croise un homme qui souhaite déposer sa
candidature pour un poste d’infirmier, car Babeth a besoin d’être
épaulé. Mais Jennifer l’informe qu’ils ont déjà reçu beaucoup de
CV. Pile au même moment, Babeth sort de son bureau et accompagne
une candidate jusqu’à la sortie. Elle confie à Jennifer qu’elle
pense avoir trouvé la perle rare. La secrétaire médicale informe
alors Babeth que Pascal était venu postuler pour le poste
d’infirmier. Celui-ci explique qu’il a vu le reportage sur le
cabinet médical, qu’il a ressenti une forte cohésion d’équipe et
qu’il aurait aimé en faire partie. Ensuite, il demande à Babeth
s’il peut lui laisser son CV. Elle accepte et lui souhaite bonne
chance dans sa recherche d’emploi.

De son côté, Éric demande à Blanche si elle a eu des retours de
son atelier de self-défense et c’est le cas. Deux participantes ont
jugé son histoire un peu trop angoissante. Blanche explique ensuite
à Éric que les femmes du Pavillon des Fleurs ont souvent été
victimes d’agressions et qu’il est crucial de ne pas raviver leurs
souvenirs douloureux. Elle le rassure ensuite en lui assurant que
son atelier a été un succès. Puis, Blanche demande à Éric de
dispenser des cours de self-défense régulièrement au Pavillon des
Fleurs, et il accepte immédiatement.

Un peu plus tard, Babeth prend un verre en compagnie de Gabriel
au Mistral quand un homme est victime d’une crise d’épilepsie dans
le patio. Pascal se précipite pour secourir la victime. Gabriel,
présent, est impressionné devant les connaissances de l’infirmier.
Gabriel demande à Pascal dans quel établissement il travaille, mais
ce dernier lui répond qu’il est en ce moment à la recherche d’un
emploi. Gabriel fait remarquer à Babeth que cet homme possède le
profil parfait pour rejoindre le cabinet du Mistral.

Dans la journée, Pascal, l’infirmier, rejoint la victime qui est
en fait un homme peu scrupuleux à qui il a demandé de simuler une
crise épileptique. Il lui remet une somme d’argent et lui donne
rendez-vous dans deux jours au cabinet médical pour la suite de sa
mission.

Les enquêteurs identifient
le criminel

Jean-Paul roule à vive allure vers l’hôpital. Patrick et lui
transportent Anaïs qui est en situation d’urgence absolue. Un
véhicule sort d’un parking et coupe la route de Jean-Paul. Mais les
freins de ce dernier sont sanctionnés. Boher active le frein manuel
et la voiture s’immobilise.

Le lendemain, au commissariat, Samuel est au téléphone avec la
PTS. Après avoir raccroché, il confirme à Jean-Paul et Patrick que
les freins de la voiture ont été intentionnellement sabotés.
Jean-Paul en conclut que le tueur était dans le gymnase lorsqu’ils
sont arrivés sur les lieux. Samuel précise à ses collègues que le
pronostic vital d’Anaïs n’est plus engagé, mais qu’elle est encore
faible. Quelques instants plus tard, il reçoit un appel de
l’hôpital l’informant qu’ils ont l’autorisation d’interroger la
jeune femme.

Boher se rend sur place pour questionner Anaïs. La jeune femme
profite de l’occasion pour le remercier. Sans lui, elle ne serait
plus de ce monde. Son père, Olivier, est également là et présente
ses excuses à Jean-Paul pour s’être mal comporté vis-à-vis de lui.
 Ce dernier souligne que le plus important est d’appréhender
celui qui a fait ça à sa fille. Mais Anaïs ignore totalement qui a
pu l’agresser. Elle n’a pas vu le visage de son agresseur. Il
portait un masque, des gants et une capuche. Ensuite, elle fait
allusion à un texto qu’elle a reçu la veille dans l’après-midi. Un
mystérieux correspondant qu’elle ne connaissait pas lui donnait
rendez-vous dans la rue pour lui parler de son frère. La jeune
femme confie ensuite à Jean-Paul le code Pin de son téléphone pour
qu’il puisse remonter jusqu’à ce mystérieux contact. Mais
finalement son téléphone est trop abîmé pour être déverrouillé.

 Charlotte, de la PTS, informe Jean-Paul que des empreintes
de pas ont été découvertes à l’arrière du gymnase où Anaïs a été
agressée, et elles correspondent à celles qui ont été trouvées sur
le chantier de la place du Mistral. Par conséquent, cela signifie
que le voleur et le criminel sont une seule et même personne.

En fin de journée, Samuel, Patrick et Jean-Paul font le point
sur l’enquête. Patrick vérifie ensuite les relevés téléphoniques
d’Anaïs et fait une découverte cruciale : celui qui a envoyé
le message à la jeune femme pour lui donner rendez-vous est l’un
des trois suspects, à savoir la juge Colbert, maître Izar et le
brigadier Quentin.

« Plus belle la vie, encore plus belle », c’est du
lundi au vendredi à 13.40 sur TF1 et en rattrapage à 20.20 sur TFX
le soir-même. La série est disponible en avance sur la
plateforme TF1+ premium, la nouvelle offre payante de
TF1.

Leave a comment