« J’ai été scarifié » : Laurent Kérusoré (Plus belle la vie) revient sur les 17 agressions homophobes dont il a été victime

Vendredi 2 février, Laurent Kérusoré est revenu sur son parcours dans l’émission Star Académiciens, comédiens et animateurs : que sont-ils devenus ?, diffusée sur TFX. Le comédien a notamment évoqué les nombreuses agressions homophobes qu’il a subies.

Son rôle de Thomas Marci dans la série Plus belle la vie a fait de lui l’un des acteurs les plus emblématiques du petit écran. Le 8 janvier dernier, les téléspectateurs ont retrouvé Laurent Kérusoré dans la nouvelle version de Plus belle la vie diffusée sur TF1. “J’ai travaillé à bâtons rompus pendant 18 ans. Pendant 18 ans, ma vie a été liée à celle de Thomas Marci. À celle de mon travail. J’ai pris très peu de vacances et en même temps, je m’en foutais, je gagnais bien ma vie, j’étais content”, a notamment confié l’acteur à Puremédias. “Pour la petite anecdote, la veille du premier jour de tournage de ‘Plus belle la vie, encore plus belle’ j’ai appelé la réalisatrice, Claire de la Rochefoucauld pour lui dire ‘J’ai un problème : j’ai le trac’. Elle m’a dit ‘C’est bon signe, moi aussi. C’est qu’on est vivant’, a-t-il continué.

“J’ai été victime de 17 agressions”

Vendredi 2 février, Laurent Kérusoré est revenu sur son rôle de Thomas Marci dans l’émission Star Académiciens, comédiens et animateurs : que sont-ils devenus ?, diffusée sur TFX. J’étais le gay du Mistral presque comme s’ils (les téléspectateurs) oubliaient qu’il faut être deux. C’est assez marrant socialement parlant de voir ça. Je restais, pardon, vulgairement, je n’aime pas ce mot, mais le pé** du Mistral”, a-t-il d’abord expliqué, avant d’évoquer les agressions homophobes dont il a été victime.

J’ai été victime de 17 agressions, j’ai été scarifié, j’ai encore des problèmes d’épaule dû à la dernière agression, mais je suis quelqu’un qui va plutôt de l’avant. Il y a une chose qui était importante, c’est que j’avais ce travail qui me maintenait”, a-t-il confié. Laurent Kérusoré a néanmoins assuré ne pas en vouloir à ses agresseurs. Je pense que c’est un manque d’ouverture d’esprit et un manque d’éducation. Je ne suis pas un porte-drapeau, ce que je peux défendre c’est ce que je suis, ce qui est important c’est Laurent et pas sa sexualité”, a-t-il ajouté. Un témoignage touchant.

Diaporama - Image 1Diaporama - Image 2Diaporama - Image 3Diaporama - Image 4Diaporama - Image 5

Diaporama

Voir le diaporama’

Leave a comment